Le temps du café

de brie et de fureur

L’autre jour, je suis tombée sur un article de Slate, qui expliquait comment nous autres français, nous étions nuls en café.

café expresso

Cet article m’a profondément vexée. Mon chauvinisme, qui se situe lui aussi dans mon estomac, a été piqué à vif. Comment ça, nous, les français ? On ne saurait pas faire ni boire de café digne de ce nom ? La patrie des pains au chocolat, des brioches pur beurre et des croissants chauds ? On serait incapables d’accompagner ces petites merveilles d’un vrai bon café ? La contrée des gros gueuletons, on terminerait nos repas avec du jus de chaussettes ? Impossible !

Et puis j’y ai un peu réfléchi, et j’ai réalisé que si j’ai mis plus de 28 ans à enfin oser boire mon café sans le noyer dans le sucre ou le chocolat, ce n’était peut être pas anodin.  J’ai repensé aux ignobles tasses…

View original post 954 more words

Advertisements